samedi, décembre 22, 2007

"La mécanique du coeur", de Mathias Malzieu

La musique folk-rock déjantée et imaginative de Dyonisos se retrouve ici entre les lignes de Mathias Malzieu, chanteur-auteur-compositeur du groupe, qui réalise avec La Mécanique du Cœur un roman dont la «bande originale» se retrouve sur l’album éponyme (dans lequel on peut noter la participation d’Olivia Ruiz, Jean Rochefort, Alain Bashung ou Eric Cantona), sorti début Novembre.

On pourrait se croire dans une atmosphère tout à fait burtonienne: Jack naît le jour le plus froid du monde, tout en haut de la colline d’Arthur’s seat, à Edimbourg, en 1874. Si froid, ce jour, que son cœur en est gelé et qu’il ne doit sa survie qu’à Madeleine, une accoucheuse un peu docteur, un peu magicienne, un peu fragile mais si forte, qui lui greffe une horloge sur le cœur pour qu’il puisse fonctionner. Alors que les autres enfants, comme lui sortis du ventre de prostituées, trouvent souvent une famille d’adoption, Little Jack voit sa différence l’exclure inexorablement. Il grandit sous la protection de Madeleine, qui le met en garde contre le monde extérieur, lui dont le cœur est si fragile... C’est pourtant sans compter cette rencontre avec Miss Acacia, cette petite chanteuse qui refuse de porter ses lunettes par souci de coquetterie et se cogne à tout, cette petite chanteuse qui le captive dès l’instant où il la croise. Cette petite chanteuse d’Andalousie qui lui fait découvrir tout ce que l’amour peut causer comme bouleversements à l’intérieur du cœur.

A sa façon, avec ses mots, son monde fait de rêves, d’images, d’étincelles, de noirceur et de fantasme, Mathias Malzieu aborde le thème de la différence et du rejet, mais aussi ceux de la passion et de ses destructrices incompréhensions, de la douleur éprouvée par un cœur trituré par un amour trop fort pour lui. Il se dégage du roman, de ses personnages attachants, une atmosphère qui nous déconnecte de la réalité sans jamais oublier de nous la rappeler. Même si on peut lui reprocher d’avoir un (tout petit) peu abusé des bonnes ficelles du genre, La Mécanique du Cœur est un conte pour les grands enfants que nous sommes, toujours sensibles à ce genre de fiction allégorique foisonnante qui d’une certaine façon transcende les émotions.

Un livre touchant qui nous colle de l’engrais d’images dans la tête. Peut-être pas le bouquin de l’année mais un petit coup de cœur.

4 commentaires:

http://www.leslecturesdeflorinette.com a dit…

Je tourne au tour depuis un petit moment et là je sens que la prochaine fois il ira tout droit dans le panier !! ;-)

Valeriane a dit…

Je l'ai demandé au Père Noel!
J'espère qu'il va me l'apporter! ;-)

Virginie a dit…

Moi j'ai été un peu déçue, et en effet, comme tu dis, Mathias Malzieu abuse un peu trop des bons ingrédients, et force un peu trop sur le côté surréaliste.

hinachii a dit…

J'ai été complètement ébahie à la lecture de ce roman : magistral ! Je ne cesse de le conseiller à qui veut bien m'écouter !!!
(Là aussi, je met un lien vers ta page car encore bravo pour ta critique !)