dimanche, octobre 29, 2006

"Les Voyages de Gulliver", de Jonathan Swift


Une sorte d'allégorie sur fond satirique, une fantasmagorie loufoque et aujourd'hui désuète, voilà dans quoi nous emmène Jonathan Swift aves ses fameux voyages...

Du monde des Lilliputiens désormais si familier à celui des géants, des Laputiens, ou des chevaux Houyhnhnms, Gulliver ne cesse de mettre en évidence contrastes et faiblesses face à la société anglaise qu'il se plaît à décortiquer, à autopsier, à... railler.

Je me serais attendue à davantage de magie, mais la contruction volontaire et déjantée de ces mondes loufoques nous laisse trop en bouche ce goût de préparé. Tout ça dans le but d'amener ses comparaisons et insinuations politiques, sociales et culturelles.

C'est fantaisiste et long. "Voyages de Gulliver" est un livre agréable mais qui a tellement vieilli qu'il est difficile de percevoir tout son sel et sa pertinence. D'un point de vue stylistique, on note une ironie légère très plaisante mais... beaucoup trop de circonvolutions.
Beaucoup de rappels au notes qui sont parfois utiles parfois pas et, au final, une lecture qui ne peut parfois s'empêcher de partir en diagonale. J'en sors donc mitigée...


"Voyages de Gulliver" sur Amazon


1 commentaire:

Saint Cerf a dit…

Sur ce site c'est gratuit
http://jydupuis.apinc.org/dotclear/index.php/2005/09/13/136-voyages-de-gulliver-de-jonathan-swift