vendredi, avril 14, 2006

Un grand corps malade...


Ce Grand Corps Malade, je l'ai découvert hier dans le journal de Cédric. Touché par des mots qui viennent du coeur, il a transmis ce qui devait l'être.
Je ne connaissais pas ce Fabien, je ne connaissais pas ce Grand Corps Malade, mais la curiosité aidant, j'ai découvert des mots honnêtes, des mots lourds, durs, vrais, à couper le souffle. Parfois, le slam s'abstient de musique, et parce que les phrases sont nettes et sincères, elles en restent musicales du seul fait d'exister. J'ai été touchée, remuée là-dedans, parce qu'il y a la misère, la peine, la galère, mais surtout parce que derrière, toujours un optimisme extraordinaire.

Un vrai poète... qui ne s'embarrasse pas de fioritures.




J’ai constaté que la douleur était une bonne source d’inspiration
Et que les zones d’ombre du passé montrent au stylo la direction
La colère et la galère sont des sentiments productifs
Qui donnent des thèmes puissants, quoi qu’un peu trop répétitifs
A croire qu’il est plus facile de livrer nos peines et nos cris
Et qu’en un battement de cils un texte triste est écrit
On se laisse aller sur le papier et on emploie trop de métaphores
Pourtant je t’ai déjà dit que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts
C’est pour ça qu’aujourd’hui j’ai décidé de changer de thème
D’embrasser le premier connard venu pour lui dire je t’aime



1 commentaire:

Cecile a dit…

Superbe ce Grand Corps Malade... Si tu veux, j'ai quelques-uns de ses slams... Y a qu'à demander, m'dame!

Coucou poulette!